EILEEN COLLINS
Astronaute de la Nasa



Eileen Collins est née le 19 novembre 1956 à Elmira (New York). Dès son enfance elle rêve de devenir pilote et d’aller dans l’espace. D’origine modeste, elle travaille dur pour obtenir une bourse d’étude et se payer des cours de pilotage. En 1979, munie d’un diplôme de mathématique et d’économie, elle est admise sur la base de l’US Air Force de Vance (Oklahoma) où elle obtient son brevet de pilote avant de devenir instructrice de vol. En 1982, elle est transférée sur la base de Travis (Californie) où elle rencontre son mari. En 1986, elle réussit à entrer à l’académie de l’air américaine (Colorado) où elle devient pilote d’essai tout en continuant son métier de pilote-instructrice. La même année elle obtient un « master of science degree in operations research » dans la prestigieuse l’université de Stanford.

Elle intègre le corps des astronautes de la NASA en 1991. En 1995, elle devient la première femme pilotant d’une navette spatiale lors de la mission STS-63 qui inclus un rendez-vous avec la station Mir, station qu’elle retrouve plus tard lors d’une mission de ravitaillement en 1997. En 1999, lors de la mission de déploiement du télescope spatial à rayons X Chandra (mission STS-93), elle devient la première femme –et la seule à ce jour- à prendre le commandement d’une mission de la navette. Ce petit bout de femme que l’on dit discrète a acquis le surnom d’ « Eileen, le roc » lors de cette mission. En effet son sang froid a permis de sauver la mission compromise par la panne de deux ordinateurs et une fuite d’hydrogène. "Je n'ai pas de nerf, pas d'émotion et ne ressens pas de tension (...), j'ai un vaisseau spatial de deux milliards de dollars entre les mains et je ne pense à rien d'autre".

Comme beaucoup d’astronautes, Eileen Collins est passionnée d’exploration et de conquête spatiale et elle croit en l’avenir du tourisme spatial. D’ailleurs elle avoue vouloir retourner dans l’espace en tant que touriste, histoire d’en profiter encore un peu. Quand elle n’est pas là-haut ou en train de s’entraîner sur Terre, elle passe du temps avec son mari et ses deux jeunes enfants. Sinon elle aime le golf, la course à pied, la lecture, la photographie et l’astronomie.

En juillet 2005, elle sera à nouveau commandant d’équipage, cette fois de la mission « retour en vol » (STS-114) de Discovery, 1er vol de navette depuis le tragique accident de la navette Columbia en février 2003.